Christopher Hitchens.

http://www.decitre.fr/gi/92/9782714444592FS.gif

 

 

Deux siècles et demi après Voltaire et son «Traité sur l’intolérance», peut-on encore écrire un pamphlet contre Dieu ? «Oui», répond Christopher Hitchens, sosie de l’acteur Oliver Reed et pur produit de l’intelligentsia britannique naturalisé américain, i

Comment avez-vous jugé la décision de Benoît XVI de réhabiliter dans un premier temps Richard Williamson, évêque négationniste ?
Je ne crois pas un instant que le pape ait pu ignorer les déclarations négationnistes de Williamson. Ce qui rend cette affaire si inquiétante, c’est que les ouvertures faites par le chef de la hiérarchie catholique à des antisémites qui nient l’Holocauste ne sont pas en rupture avec le discours originel du catholicisme, mais plutôt à un retour à sa positon traditionnelle qui fait des juifs les responsables de la mort du Christ, du «déicide». Sans être croyant mais en tant que citoyen, je trouve cette complaisance vis-à- vis des préjugés et, sous le manteau de la foi, cette paranoïa aussi choquantes que les insinuations de certains religieux américains comme Jerry Falwell déclarant après le 11-Septembre que la démocratie américaine avait légitimement été punie par les attentats islamistes pour ses déviances. En cherchant à se réconcilier avec les évêques extrémistes – Richard Williamson ou Marcel Lefebvre -, Benoît XVI ouvre l’Eglise à l’extrême droite.

Cette compromission ne doit pas vous étonner, vous qui écrivez que «la religion empoisonne tout»…
Je fais partie des gens qui n’ont besoin d’aucune béquille pour vivre. Pour moi, le concept de Dieu est une croyance totalitaire qui détruit la liberté individuelle, l’équivalent du concept orwellien de «Big Brother». En se faisant complice de l’ignorance et de l’obscurantisme, la religion présente sous un jour totalement erroné les origines de l’homme. Source de haine, de tyrannie, de guerre, la religion met notre monde en danger. En se mêlant de tout, en multipliant les interdits les plus arbitraires, elle est à l’origine d’une dangereuse répression sexuelle. J’ajoute qu’en Amérique, la religion c’est Mammon, le dieu argent, essentiellement un moyen de s’enrichir.

Comment a été accueilli votre livre aux Etats-Unis… où 90% de la population se dit croyante ?
Les Américains sont beaucoup plus tolérants et moins «croyants» que ne le prétendent les sondages. Les églises, les temples ou les synagogues sont d’ailleurs à moitié vide : ceux qui assistent au culte le font surtout pour des raisons sociales, ethniques ou «communautaires». Tout au long de la tournée de promotion que j’ai commencée par le Sud, l’Alabama et la Nouvelle-Orléans pour finir en Californie et dans l’Oregon, j’ai été invité dans les églises. Les gens sont venus en masse, ravis de discuter avec moi et ils m’ont accueilli avec une incroyable générosité. Ce qui ne m’a pas empêché d’avoir maille à partir avec Jerry Falwell, pilier de la «droite religieuse» et du créationnisme (illégal aux Etats-Unis) et soutien de George Bush, dont on a voulu me faire le suppôt alors que je n’ai défendu la guerre en Irak que parce qu’elle mettait fin à une dictature.
Je suis athée, je déteste les chrétiens conservateurs, j’ai voté Barack Obama et je crois surtout à l’esprit des Lumières et aux philosophes grecs.

* «Dieu n’est pas grand», Belfond.

Christopher Hitchens. dans Developemment personnel

 

 

Laisser un commentaire