Karaoké.

Image de prévisualisation YouTube

 

Seul sur le sable les yeux dans l’eau
Mon rêve était trop beau
L’été qui s’achève tu partiras
A cent mille lieux de moi
Comment oublier ton sourire
Et tellement de souvenirs

Nos jeux dans les vagues près du quai
Je n’ai vu le temps passer
L’amour sur la plage désertée
Nos corps brûlés enlacés
Comment t’aimer si tu t’en vas
Dans ton pays loin là-bas babababa

 

Karaoké. dans Developemment personnel amoureux2
Hélène things you do make me crazy about you
Pourquoi tu pars reste ici
J’ai tant besoin d’une amie
Hélène things you do make me crazy about you
Pourquoi tu pars si loin de moi
La où le vent te porte loin de mon coeur qui bat

 

 

 

Hélène things you do
Make me crazy about you
Pourquoi tu pars reste ici
Reste encore juste une nuit

 

 

 

Seul sur le sable les yeux dans l’eau
Mon rêve était trop beau
L’été qui s’achève tu partiras
A cent mille lieux de moi

 

 

 

Comment t’aimer si tu t’en vas
Dans ton pays loin là-bas
Dans ton pays loin là-bas
Dans ton pays loin de moi

 

8ug14j7a.png

 

Image de prévisualisation YouTube

 

 

 

 

 

Pour un flirt avec toi
Je ferais n’importe quoi
Pour un flirt avec toi
Je serais prêt à tout
Pour un simple rendez-vous
Pour un flirt avec toi

 

 

 

Pour un petit tour, un petit jour
Entre tes bras
Pour un petit tour, au petit jour
Entre tes draps

 

 

 

Je pourrais tout quitter
Quitte à faire démodé
Pour un flirt avec toi
Je pourrais me damner
Pour un seul baiser volé
Pour un flirt avec toi

 

 

 

Pour un petit tour, un petit jour
Entre tes bras
Pour un petit tour, au petit jour
Entre tes draps

 

 

 

Je ferais l’amoureux
Pour te câliner un peu
Pour un flirt avec toi
Je ferais des folies
Pour arriver dans ton lit
Pour un flirt avec toi

 

 

 

Pour un petit tour, un petit jour
Entre tes bras
Pour un petit tour, au petit jour
Entre tes draps

 

8ug14j7a.png

 

Image de prévisualisation YouTube

 

« Hotel California »

 

On a dark desert highway, cool wind in my hair
Warm smell of colitas, rising up through the air
Up ahead in the distance, I saw shimmering light
My head grew heavy and my sight grew dim
I had to stop for the night
There she stood in the doorway;
I heard the mission bell
And I was thinking to myself,
‘This could be Heaven or this could be Hell’
Then she lit up a candle and she showed me the way
There were voices down the corridor,
I thought I heard them say…

 

 

 

Welcome to the Hotel California
Such a lovely place (Such a lovely place)
Such a lovely face
Plenty of room at the Hotel California
Any time of year (Any time of year)
You can find it here

 

 

 

Her mind is Tiffany-twisted, she got the Mercedes bends
She got a lot of pretty, pretty boys she calls friends
How they dance in the courtyard, sweet summer sweat.
Some dance to remember, some dance to forget

 

 

 

So I called up the Captain,
‘Please bring me my wine’
He said, ‘We haven’t had that spirit here since nineteen sixty nine’
And still those voices are calling from far away,
Wake you up in the middle of the night
Just to hear them say…

 

 

 

Welcome to the Hotel California
Such a lovely place (Such a lovely place)
Such a lovely face
They livin’ it up at the Hotel California
What a nice surprise (what a nice surprise)
Bring your alibis

 

 

 

Mirrors on the ceiling,
The pink champagne on ice
And she said ‘We are all just prisoners here, of our own device’
And in the master’s chambers,
They gathered for the feast
They stab it with their steely knives,
But they just can’t kill the beast

 

 

 

Last thing I remember, I was
Running for the door
I had to find the passage back
To the place I was before
‘Relax,’ said the night man,
‘We are programmed to receive.
You can check-out any time you like,
But you can never leave!’

 

 

 

 8ug14j7a.png

 

 

 

Image de prévisualisation YouTube

 

 

 

 

 

 

 

 Ne me dites pas que ce garçon était fou
Il ne vivait pas comme les autres, c’est tout
Et pour quelles raisons étranges
Les gens qui n’sont pas comme nous,
Ça nous dérange

 

 

 

Ne me dites pas que ce garçon n’valait rien
Il avait choisi un autre chemin
Et pour quelles raisons étranges
Les gens qui pensent autrement
Ça nous dérange
Ça nous dérange

 

 

 

[Refrain:]
Il jouait du piano debout
C’est peut-être un détail pour vous
Mais pour moi, ça veut dire beaucoup
Ça veut dire qu’il était libre
Heureux d’être là malgré tout
Il jouait du piano debout
Quand les trouillards sont à genoux
Et les soldats au garde à vous
Simplement sur ses deux pieds,
Il voulait être lui, vous comprenez

 

 

 

Il n’y a que pour la musique, qu’il était patriote
Il s’rait mort au champ d’honneur pour quelques notes
Et pour quelles raisons étranges,
Les gens qui tiennent à leurs rêves,
Ça nous dérange

 

 

 

Lui et son piano, ils pleuraient quelques fois
Mais quand les autres n’étaient pas là
Et pour quelles raisons bizarres,
Son image a marqué ma mémoire,
Ma mémoire..

 

 

 

[Refrain]

 

 

 

Il jouait du piano debout
Il chantait sur des rythmes fous
Et pour moi ça veut dire beaucoup
Ça veut dire essaie de vivre
Essaie d’être heureux,
Ça vaut le coup.

 

 

 

8ug14j7a.png

 

 

 

Image de prévisualisation YouTube

 

 

 

Quitte à tout prendre prenez mes gosses et la télé

 

 

 

Ma brosse à dent mon revolver la voiture ca c’est déjà fait.

 

 

 

Avec les interdits bancaires prenez ma femme, le canapé

 

 

 

Le micro onde, le frigidaire

 

 

 

Et meme jusqu’à ma vie privée

 

 

 

De toute facon à découvert

 

 

 

Je peux bien vendre mon âme au Diable.

 

 

 

Avec lui on peut s’arranger

 

 

 

Puisque ici tout est négociable.

 

 

 

Mais vous n’aurez pas Ma Liberté De Penser.

 

 

 

Prenez mon lit, les disques d’or, ma bonne humeur

 

 

 

Les petites cuillères, tout ce qu’à vos yeux a de la valeur

 

 

 

Et dont je n’ai plus rien à faire.

 

 

 

Quitte à tout prendre n’oubliez pas

 

 

 

Le shit planqué sous l’étagère.

 

 

 

Tout ce qui est beau et compte pour moi

 

 

 

J’ préfère que ca parte à l’Abbé Pierre.

 

 

 

J’ peux donner mon corps à la science

 

 

 

S’ il y’a quelque chose à prélever

 

 

 

Et que ca vous donne bonne conscience.

 

 

 

Mais vous n’aurez pas Ma Liberté De Penser.

 

 

 

8ug14j7a.png 

 

Image de prévisualisation YouTube

 

Puisqu’il faut choisir
A mots doux je peux le dire
Sans contrefaçon
Je suis un garçon
Et pour un empire
Je ne veux me dévêtir
Puisque sans contrefaçon
Je suis un garçon

 

Tout seul dans mon placard
Les yeux cernés de noir
A l’abri des regards
Je défie le hasard
Dans ce monde qui n’a ni queue ni tête
Je n’en fais qu’à ma tête
Un mouchoir au creux du pantalon
Je suis chevalier d’Eon

 

 

 

Puisqu’il faut choisir
A mots doux je peux le dire
Sans contrefaçon
Je suis un garçon
Et pour un empire
Je ne veux me dévêtir
Puisque sans contrefaçon
Je suis un garçon

 

 

 

Tour à tour on me chasse
De vos fréquentations
Je n’admets pas qu’on menace
Mes résolutions
Je me fous bien des qu’en dira-t-on
Je suis caméléon
Prenez garde à mes soldats de plomb
C’est eux qui vous tueront

 

 

 

Puisqu’il faut choisir …

 

 

 

8ug14j7a.png

 

Image de prévisualisation YouTube

 

Un peu spéciale, elle est célibataire
Le visage pâle, les cheveux en arrière
Et j’aime ça
Elle se dessine sous des jupes fendues
Et je devine des histoires défendues
C’est comme ça
Tell’ment si belle quand elle sort
Tell’ment si belle, je l’aime tell’ment si fort

 

Elle a les yeux revolver, elle a le regard qui tue
Elle a tiré la première, m’a touché, c’est foutu
Elle a les yeux revolver, elle a le regard qui tue
Elle a tiré la première, elle m’a touché, c’est foutu

 

Un peu larguée, un peu seule sur la Terre
Les mains tendues, les cheveux en arrière
Et j’aime ça
A faire l’amour sur des malentendus
On vit toujours des moments défendus
C’est comme ça
Tell’ment si femme quand elle mord
Tell’ment si femme, je l’aime tell’ment si fort

 

Elle a les yeux revolver, elle a le regard qui tue
Elle a tiré la première, m’a touché, c’est foutu
Elle a les yeux revolver, elle a le regard qui tue
Elle a tiré la première, elle m’a touché, c’est foutu

 

Son corps s’achève sous des draps inconnus
Et moi je rêve de gestes défendus
C’est comme ça
Un peu spéciale, elle est célibataire
Le visage pâle, les cheveux en arrière
Et j’aime ça
Tell’ment si femme quand elle dort
Tell’ment si belle, je l’aime tell’ment si fort

 

Elle a les yeux revolver, elle a le regard qui tue
Elle a tiré la première, m’a touché, c’est foutu
Elle a les yeux revolver, elle a le regard qui tue
Elle a tiré la première, elle m’a touché, c’est foutu

 

 

8ug14j7a.png

 

 

Laisser un commentaire