Sérum.

8 juin, 2012

Sérum. dans Entre nous serum-300x181

 

Sérum, d’Henri Lœvenbruck et Fabrice Mazza est publié aux éditions J’ai Lu

Une injection.
Sept minutes pour accéder au subconscient d’Emily Scott.
Un carnet pour décrypter ses visions fantasmagoriques.
Quelques jours pour empêcher le pire.

Mais quand les morts suspectes se multiplient, le NYPD se pose une question : Arthur Draken est-il un psychiatre de génie ou un dangereux criminel ?

Shutttttttttttttt je suis à l’épisode deux. 5bb78f5579e69d2ec2f81c533a39307f dans Entre nous

 

 

La chouchou de la Misse futile.

8 juin, 2012

Je vous présente une québecoise, drôle, futée et pleine de vie. Je l’adore.

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

A vos pinceaux les filles. La chouchou de la Misse futile. dans Miss futile 19371

Baby one more time.

23 mai, 2012

Que voulez vous c’est la seule chanson que j’aime de Britney.

Faut dire qu’elle était canon.

Image de prévisualisation YouTube

Baby one more time. dans Miss futile 92b5eac9-300x222

The best of the 80′s

23 mai, 2012

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

The best of the 80's dans Miss futile 2947828967_1_3-300x225

Image de prévisualisation YouTube

L’invitation au voyage

12 avril, 2012

L'invitation au voyage dans Developemment personnel jeune-femme-au-chignon-william-whitaker-240x300

L’invitation au voyage

Mon enfant, ma soeur,
Songe à la douceur
D’aller là-bas vivre ensemble !
Aimer à loisir,
Aimer et mourir
Au pays qui te ressemble !
Les soleils mouillés
De ces ciels brouillés
Pour mon esprit ont les charmes
Si mystérieux
De tes traîtres yeux,
Brillant à travers leurs larmes.

Là, tout n’est qu’ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté.

Des meubles luisants,
Polis par les ans,
Décoreraient notre chambre ;
Les plus rares fleurs
Mêlant leurs odeurs
Aux vagues senteurs de l’ambre,
Les riches plafonds,
Les miroirs profonds,
La splendeur orientale,
Tout y parlerait
À l’âme en secret
Sa douce langue natale.

Là, tout n’est qu’ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté.

Vois sur ces canaux
Dormir ces vaisseaux
Dont l’humeur est vagabonde ;
C’est pour assouvir
Ton moindre désir
Qu’ils viennent du bout du monde.
– Les soleils couchants
Revêtent les champs,
Les canaux, la ville entière,
D’hyacinthe et d’or ;
Le monde s’endort
Dans une chaude lumière.

Là, tout n’est qu’ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté.

La cloche fêlée

12 avril, 2012

La cloche fêlée dans Developemment personnel talmont-04-2011-cloche1-225x300

La cloche fêlée

Il est amer et doux, pendant les nuits d’hiver,
D’écouter, près du feu qui palpite et qui fume,
Les souvenirs lointains lentement s’élever
Au bruit des carillons qui chantent dans la brume.

Bienheureuse la cloche au gosier vigoureux
Qui, malgré sa vieillesse, alerte et bien portante,
Jette fidèlement son cri religieux,
Ainsi qu’un vieux soldat qui veille sous la tente!

Moi, mon âme est fêlée, et lorsqu’en ses ennuis
Elle veut de ses chants peupler l’air froid des nuits,
Il arrive souvent que sa voix affaiblie

Semble le râle épais d’un blessé qu’on oublie
Au bord d’un lac de sang, sous un grand tas de morts,
Et qui meurt, sans bouger, dans d’immenses efforts.

Seul à savoir de Patrick Bauwen.

11 avril, 2012

Seul à savoir de Patrick Bauwen. dans Entre nous patrick-bauwen

 

A propos de l’auteur : Biographie Patrick Bauwenfrance dans Entre nous
Naissance le 13 novembre 1968.
1 m 86. 76 kilos. Adepte des tee-shirts Bob l’éponge. Médecin urgentiste et responsable d’un service d’urgences en région parisienne, Patrick Bauwen est, à ses heures perdues, écrivain. Il s’est lancé dans l’écriture en rédigeant des scénarios de jeux de rôle pour Casus Belli dans les années 1990 (il avait auparavant créé un club de rollistes), et des novélisations (Lanfeust de Troy notamment aux éditions Hachette) au début des années 2000 avec Christophe Debien. Son premier roman L’Œil de Caine a été salué unanimement. Il vit une partie de l’année aux États-Unis. Avec Monster, Patrick Bauwen touche (presque) son Graal…

 

albin-sas-211x300

L’histoire : A vingt ans, Marion est frappée par un drame : Nathan Chess, le jeune et brillant chirurgien dont elle est éperdument amoureuse, disparaît sans laisser de trace. Quinze ans plus tard, sur Facebook, un message lui parvient : « Je sais ce qui est arrivé à Nathan. Voulez-vous jouer avec moi ? Signé : Le Troyen » Marion accepte… et plonge dans un jeu de piste infernal. Meurtres, coups de théâtre, faux-semblants, avec au bout du cauchemar, la plus incroyable des révélations : le secret de Nathan Chess.

We need to talk about Kevin.

9 avril, 2012

We need to talk about Kevin. dans Entre nous 19793566.jpg-r_160_240-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-20110809_025942

Eva a mis sa vie professionnelle et ses ambitions personnelles entre parenthèses pour donner naissance à Kevin. La communication entre mère et fils s’avère d’emblée très compliquée. A l’aube de ses 16 ans, il commet l’irréparable. Eva s’interroge alors sur sa responsabilité. En se remémorant les étapes de sa vie avant et avec Kevin, elle tente de comprendre ce qu’elle aurait pu ou peut-être dû faire.

 

Image de prévisualisation YouTube

Un film coup de poing.

Le cri des loups.

8 avril, 2012

Le cri des loups. dans Entre nous ac5f2102

 

Le cri des loups déjà

m’emporte dans la nuit

Le Grand Esprit des lacs

murmure ses silences

tandis que loin là-bas

la lune jeune encore

a foulé de sa grâce

le désert de l’oubli.

Des abandons furtifs

se cachent à nos yeux

des sanglots étouffés

se cachent à nos sens

une gondole au loin

nous emmène à Venise

sur ce pont des soupirs

d’où l’on ne revient pas.

@Yvan Dewaste

Les cerisiers du Japon.

8 avril, 2012

Les cerisiers du Japon. dans Actu PID_1223503_6449f1ee-80ae-11e1-b372-7308d846fdda_web.jpg.h380

 

La floraison des cerisiers vient de débuter au Japon et les Nippons renouent avec la tradition des piques-niques festifs de l’arrivée du printemps.

La floraison des cerisiers vient de débuter au Japon et les Nippons renouent avec la tradition des piques-niques festifs de l’arrivée du printemps, à laquelle ils avaient dû renoncer l’an passé à cause du tsunami.

« On peut à nouveau profiter des cerisiers en fleur cette année, l’année dernière c’était impossible », se réjouit Takao Yoshiya, en ouvrant un panier de victuailles aux côtés de son épouse, dans un parc du quartier traditionnel d’Asakusa (nord-est de Tokyo).

Regardant une rangée d’arbres fleuris, il raconte qu’il attendait ce jour avec impatience, ayant réservé une excursion en bus dans la capitale.

« Ce tour nous emmène sur huit sites de Tokyo connus pour leurs cerisiers. En plus, je peux boire, ce que je ne pourrais pas faire si je conduisais », dit-il en souriant.

La saison a été officiellement déclarée ouverte vendredi à Tokyo, à la veille d’un week-end prévu clément où les citadins vont se ruer dans les jardins.

Les fêtes du « hanami » (littéralement « contempler les fleurs ») constituent une véritable institution au Japon, célébrées habituellement chaque année lorsqu’éclosent les fleurs blanches ou roses des cerisiers plantés un peu partout.

Ces arbres, les fameux « sakura », ont pour caractéristique de fleurir très vite… et leurs jolis pétales de tomber tout aussi rapidement, en une semaine à peine. Cette beauté éphémère touche les Japonais qui honorent ce moment fugitif depuis des siècles.

L’an passé, pourtant, la plupart des réjouissances ont été annulées. Le 11 mars 2011, un terrible séisme de magnitude 9 et un tsunami géant avaient dévasté le nord-est de l’archipel, tuant 19.000 personnes et coupant tout désir festif.

Lorsque les bourgeons ont éclaté, la population restait angoissée par le grave accident, non maîtrisé alors, de la centrale nucléaire Fukushima Daiichi, à 220 km au nord-est de Tokyo.

« L’ambiance n’était pas à s’égayer sous les fleurs », se souvient Tatsuko Suzuki, une employée municipale guidant les touristes à Asakusa. Elle souligne qu’à l’époque, les lanternes rouges et blanches accrochées aux arbres pour l’occasion étaient restées éteintes à cause des pénuries d’électricité suivant les catastrophes.

Bavardages, rires et chansons

Un an plus tard, les plaies du triple désastre n’ont certes pas été effacées mais la vie a repris un cours presque normal dans l’archipel, hormis les zones les plus touchées, et la population a retrouvé l’envie de se détendre.

Mme Suzuki s’attend à voir débarquer des dizaines de milliers de curieux chaque jour dans les parcs du quartier. Dans l’ensemble du pays, des dizaines de millions de personnes célèbrent le « hanami ».

En famille, avec des collègues ou entre amis, les Japonais s’installent sur des bâches posées à même les pelouses surplombées des branches fleuries. Chacun amène à manger, souvent à boire, et l’ensemble est partagé au milieu de joyeux bavardages, de rires et de chansons.

« On était très impatient de voir la saison arriver. Cette année il a fait froid et la floraison a été retardée », explique Masako Endo, qui se fait prendre en photo devant des cerisiers, la nouvelle et immense tour Tokyo Sky Tree en arrière-plan.

Pour nombre de professionnels, cette courte saison constitue un gagne-pain substantiel, aussi le retour à une certaine normalité représente un soulagement.

Parmi les attractions les plus prisées, des bateliers emmènent des groupes sur une rivière dans des navires spécialement aménagés, d’où les voyageurs peuvent regarder les arbres le long des rives tout en dégustant la cuisine et les boissons locales.

123456...101