Phénomène de mode : la mini jupe.

Je n’ai point connu le phénomène, mais ça devait être quelque chose.

La minijupe (ou mini-jupe ou jupette) est une jupe très courte, droite ou plissée, « dont la longueur ne doit pas excéder 10 cm sous les fesses pour mériter cette appellation ». On distingue également la microjupe, qui est encore plus courte et dont l’ourlet se situe juste en dessous des fesses.

Le port de la minijupe, inspirée par la styliste anglaise Mary Quant en 1965, et associé au port des bottes  hautes, en vinyle initialement puis en cuir, a été très vite popularisé dans le monde occidental. Devenue un des symboles de la libération de la femme, la minijupe fut l’une des manifestations de l’évolution des mœurs vestimentaires féminines.

Le succès considérable de la minijupe conduisit au développement des collants, et à la quasi-disparition du port des bas. Au fil du temps, la minijupe s’est modernisée et diversifiée au gré des collections proposées par les créateurs de mode.

radf728d.jpg

196816.jpg

minijupe406369.jpg

 

Image de prévisualisation YouTube

 

 

 

Soldats romains portant la jupette de l’uniforme

De la tunique grecque à la jupette guerrière du soldat romain, cette jupe très courte est exclusivement portée par les esclaves ou guerriers masculins pendant l’antiquité Elle sera au fur et à mesure abandonnée au profit des tuniques plus longues, des pantalons ou des culottes Au  Moyen Age, vont apparaître les premiers pantalons utilisés exclusivement par les hommes qui les portaient sous leurs lourdes armures rigides. De cette époque arrivera, encore que bien plus tard en fait, la démarcation pantalons pour les hommes et jupes pour les femmes, mais le port de la jupe au masculin perdurera au moins jusqu’au XVIIIe siècle et l’avènement de l’époque industrielle.

 

 

pictureaspx.jpg

 

 

Lors de son spectacle au théâtre des Folies Bergères à Paris en 1926, Joséphine Baker porte une sorte de minijupe composée uniquement des  bananes Il s’agit ici d’un costume de scène uniquement et non d’un véritable vêtement.

 

 

jo.jpg

 

 

La jupe courte fait son retour, au féminin, à travers le Sport : la Française Suzanne Lenglen abandonne le costume usuel de tennis qu’elle porte encore à l’occasion des  Jeux olympiques d’été 1920  pour une robe signée Jean Patou à partir de1921. Cette robe présente deux caractéristiques qui font débat : les bras sont totalement dénudés et la jupe plissée s’arrête au-dessus du genou. C’est ensuite le patinage artistique, aux  jeux olympiques d’hiver de 1928 à Saint-Moritz où la   Norvégienne Sonja Heni, la jeune diva du  patinage artistique, se présenta pour la première fois en jupe courte, et grâce à ses mouvements audacieux et libérés du port de la jupe longue fit sensation.

 

euheniela9.jpg

 

 

Image de prévisualisation YouTube

 

heu c’est en 45 mais shhhhhhhhh.

 

 

 

Image de prévisualisation YouTube

 

Sorry j’adore  :)

 

La première minijupe est apparue en 1962 dans une boutique appelée Bazaar sur King’s Road dans le quartier de Chelsea à Londres. Sa créatrice,  Mary Quant, était alors une jeune Styliste de mode, autodidacte, dont le design était de style Pop. Mary Quant avoue que la première jupe rase-pets qu’elle a confectionnée (plus connue sous le nom de minijupe) lui était destinée. Puis elle a commencé à habiller ses amies qui trouvaient amusant et provocant de montrer leurs jambes. La rumeur veut que la jeune styliste Mary Quant se soit procurée sa première minijupe à la boutique des Arts de Saint-Tropez  avant d’en lancer la vogue en Grande Bretagne.

En 1965, Mary Quant met la minijupe dans sa collection, le succès est immédiat, d’abord comme symbole du Swinging Londontrès vite ensuite en Europe puis dans le monde occidental. Certains pays comme les Pays-Bas  (pffffffff les plucs).

Le styliste Jacques Delahaye avait essayé de lancer la minijupe dès 1963 en France, mais il était encore trop tôt et ce lancement ne connut aucun succès[

En janvier 1965,quatre ans après la fondation de sa maison de couture, le Français  André Courrège est le premier à se saisir du phénomène en faisant de la minijupe la pièce phare de sa collection printemps-été 1965, dans une version plus futuriste que sa cousine d’outre-Manche. Il présente plusieurs modèles haute couture de mini tenue. Ses minijupes, contrairement à celles de Quant, cessent d’être droites et prennent des ailes sur les côtés pour porter le nom de jupes trapèze  

  

 

courreges1.jpg

 

  twiggi.jpg

 

twiggygrito2.jpg

 Aujourd’hui on porte la mini jupe à toute occasion, c’est joli, féminin…

Pourquoi bouder ce plaisir si chèrement gagné.

 

photo749258m.jpg

Laisser un commentaire